1.6 Perspectives

Chapitre 1. Rapport semestriel d’activité

1.6 Perspectives

Le tableau ci-dessous présente le calcul du free cash flow du Groupe :

(en millions d’euros)S1 2020S1 2019
EBITDA

EBITDA

S1 2020

923

EBITDA

S1 2019

885

Intérêts financiers payés, nets

Intérêts financiers payés, nets

S1 2020

(81)

Intérêts financiers payés, nets

S1 2019

33

Remboursement des obligations locatives et intérêts associés

Remboursement des obligations locatives et intérêts associés

S1 2020

(234)

Remboursement des obligations locatives et intérêts associés

S1 2019

(214)

Impôt payé

Impôt payé

S1 2020

(74)

Impôt payé

S1 2019

(190)

Autres

Autres

S1 2020

34

Autres

S1 2019

42

Flux de trésorerie générés par l’activité avant variation du BFR

Flux de trésorerie générés par l’activité avant variation du BFR

S1 2020

568

Flux de trésorerie générés par l’activité avant variation du BFR

S1 2019

556

Investissements en immobilisations (nets)

Investissements en immobilisations (nets)

S1 2020

(73)

Investissements en immobilisations (nets)

S1 2019

(65)

Free cash flow avant variation du BFRFree cash flow

avant variation du BFR

S1 2020

495

Free cash flow

avant variation du BFR

S1 2019

491

Variation du Besoin en Fonds de Roulement

Variation du Besoin en Fonds de Roulement

S1 2020

(853)

Variation du Besoin en Fonds de Roulement

S1 2019

(826)

Free cash flowFree cash flow

S1 2020

(358)
Free cash flow

S1 2019

(335)
Transactions avec les parties liées

Il n’y a aucune nouvelle transaction avec des parties liées conclue au cours du premier semestre 2020.

Publicis Groupe (société mère du Groupe)

Le chiffre d’affaires de Publicis Groupe est composé exclusivement de loyers immobiliers et d’honoraires pour services d’assistance aux filiales du Groupe.

Le total des produits d’exploitation s’est élevé à 51 millions d’euros au cours du premier semestre 2020, contre 30 millions en 2019. Les produits financiers s’établissent à 48 millions d’euros au 30 juin 2020 contre 88 millions d’euros l’année précédente ; cette diminution provient de la baisse des dividendes reçus.

Les charges d’exploitation de l’exercice se sont élevées à 48 millions d’euros au 30 juin 2020 contre 30 millions d’euros l’année précédente. Les charges financières s’élèvent à 62 millions d’euros au 30 juin 2020, contre 54 millions d’euros l’année précédente, augmentation essentiellement due à la charge d’intérêt sur le tirage de la ligne de crédit syndiqué à hauteur de la totalité, soit de 2,2 milliards d’euros, de fin mars à fin juin.

Le résultat courant avant impôt est une charge de 10 millions d’euros au titre du premier semestre 2020, contre un produit de 35 millions d’euros au premier semestre 2019.

Après prise en compte d’un gain d’impôt net de 2 millions d’euros provenant de l’intégration fiscale française, le résultat net de Publicis Groupe, société mère du Groupe, ressort en perte de 8 millions d’euros au 30 juin 2020 contre un bénéfice de 48 millions au 30 juin 2019.

1.6 PERSPECTIVES

Le plein impact de la crise actuelle sur l’économie reste à ce stade largement inconnu. Ceci génère de nombreuses incertitudes et rend ainsi difficile la communication d’une prévision spécifique pour le second semestre 2020.

En ce qui concerne l’évolution du revenu net, le second trimestre pourrait être le point bas, mais il est prématuré de dire si le second semestre sera meilleur ou pire que le premier, considérant que certains pays se rétabliront plus vite que d’autres, et que les clients réagiront différemment.

Le taux de marge opérationnelle du deuxième semestre sera supérieur à celui du premier semestre, tout en prenant en compte l’impact défavorable de certains facteurs : certaines charges opérationnelles seront en hausse au fur et à mesure de la réouverture des pays, et par ailleurs le Groupe continuera d’investir dans son modèle.

Alors que nous abordons le second semestre, le Groupe est déterminé à limiter l’impact des coupes budgétaires de ses clients, à accélérer le déploiement de sa nouvelle offre tout en continuant à adapter sa base de coûts à l’évolution du revenu.